Le temps passe-t-il plus vite avec l’âge?10 Minutes de lecture

Même si en 2003 une expérience de physique quantique à démontré que le temps n’existait pas… à l’échelle de nos sens il est pourtant réellement présent. Nous le mesurons et l’utilisons tous les jours; Une heure dure 60 minutes et une journée 24 heures.

Grâce à l’augmentation de la précision des mesures temporelles, la théorie de la relativité d’Enstein expliquant que le temps ne s’écoule pas toujours de la même façon à été prouvée. On constate que plus on s’éloigne d’un champ de gravité plus le temps s’écoule lentement. Cependant, inutile de partir vivre en montagne, nous parlons ici de mesure infime!

Mais avons-nous la même perception du temps? L’âge peut-il faire passer le temps plus vite? Comment pouvons-nous avoir un impact sur le temps qui passe?

La perception que nous avons du temps qui passe est relative !

A l’échelle de l’homme, nous pouvons affirmer que le temps est relatif à chaque individu. C’est a dire qu’il est dépendant de celui qui le vit. En effet, tout le monde à déjà fait l’expérience de regarder sa montre et de se dire « Il est déjà cette heure ci? » ou au contraire « Il n’est que cette heure là ? ». Finalement ce n’est pas le temps qui s’écoule qui est vraiment important mais la perception que l’on en a et c’est cette perception qui se modifie.

L’avancée des neurosciences nous montre que l’estimation du temps dépend de deux principes:

  • Le cerveau est capable d’avoir une grande précision lorsqu’il estime la durée d’un phénomène
  • Cette capacité est variable et dépend de plusieurs facteurs

Si nous prêtons attention au temps, nous serons précis sur sa durée. Cette précision sera vite altérée si le cerveau est accaparé par un sentiment, une émotion, un effort de raisonnement … ou modifié par l’avancée en âge.

Cependant il semble que la modification de la perception du temps avec l’âge ne se fasse que dans un seul sens: Plus on avance dans le temps plus le temps s’accélère! Le psychologue américain William James écrivait en 1892 « Un même espace de temps semble raccourcir à mesure que l’on vieillit », ce n’est donc pas non plus un phénomène nouveau…

Le temps est nécessaire pour le fonctionnement du cerveau

L’analyse du temps ou la perception du temps est absolument indispensable au cerveau. Tout mouvement présente une composante temporelle; Par exemple lors de la marche, ou au cours d’une discussion où le cerveau anticipe les mots que l’individu veut prononcer. Afin que la coordination soit optimale, le cerveau est capable de percevoir le temps allant de quelques millisecondes à plusieurs minutes.

Certaines maladies cérébrales altèrent cette perception du temps

  • Dans la maladie de Parkinson, les commandes nerveuses qui agissent sur les muscles ne sont pas correctement synchronisées, produisant des gestes et des paroles au débit ralentis ou accélérés.
  • Lorsque des gestes et des pensées perdent leur cohérence temporelle, l’individu peut éprouver la sensation que certains de ses mouvements ont été provoqués avant d’avoir été décidés. Ce qui peut donner un sentiment qu’une volonté extérieure agit à leur place…. On retrouve ce phénomène chez les individus schizophrènes.

Différentes études en neuroscience ont montré certains mécanismes de perception du temps:

  • Une étude américano-japonaise à montré en 2009 qu’il n’y avait pas de « chronomètre central » mais que certains neurones s’activaient toutes les 10ièmes de seconde, d’autres tous les 60ièmes de seconde et ainsi de suite. Ce mécanisme permet donc d’encoder le temps en fonction des neurones activés pour des temps de stimulation inférieurs à la minute. Mais cette étude ne permet pas de comprendre comment il existe des variations en fonction des individus.
  • Un modèle en 3 étapes a été élaboré : Un élément accumulateur (l’horloge du modèle), un deuxième élément pour le stockage des données et un troisième élément permettant de comparer les résultats. Avec l’avancée des neurosciences ce modèle a bel et bien été prouvé, une étude réalisée par le laboratoire de neurosciences cognitives de Paris et le centre d’imagerie cérébrale de l’université de Francfort confirment l’existence de 3 étages de comptage du temps dans le cerveau.

Ces études démontrent qu’une partie de notre cerveaux est bel et bien dédiée à la mesure du temps qui passe et qu’une anomalie de ces zones peut également altérer notre notion du temps.

Le temps s’accélère-il avec l’âge ?

Le professeur Peter Mangan a effectué une étude sur deux groupes de volontaires, un groupe de 18-25 ans et un groupe de 60-80 ans. Il a lancé un chronomètre et leur a demandé de signaler le moment où ils pensaient que 3 minutes s’étaient écoulées, et cela sans décompter mentalement les secondes.

Les résultats sont les suivants :

  • Les 18-25 ans disent stop en moyenne au bout de 3 minutes et 3 secondes
  • Les 60-80 ans au bout de 3 minutes et 40 secondes… Soit 40 secondes trop tard en moyenne !

Le professeur après avoir réitéré l’expérience confirme que « lorsque l’on vieillit, le temps est perçu de manière accéléré. Plus nous avançons en âge, plus nous avons tendance à sous-estimer les durées passées. »

D’autres études du professeur John Waerden ont montré que ce n’est pas réellement une d’accélération du temps mais plutôt un problème de précision dans la mesure du temps. Un déficit également présent avant l’âge de 8 ans.

Comment cela se traduit-il chez l’enfant ?

  • De 2 à 4 ans, l’enfant à des difficultés à rester inactif car il incapable de mesurer le temps passé à ne rien faire, il s’occupe en s’activant !
  • De 4 à 6 ans, l’enfant apprend à attendre. Dès 5 ans il se repère mieux dans le temps. Il sait reconnaitre le matin ou l’après midi. Il peut indiquer le jour de la semaine si celui-ci est lié à une activité précise. A 6 ans cette capacité est acquise indépendamment d’une activité associée.
  • A partir de 8 ans, la perception du temps est réellement acquise

Et par la suite ?

  • Dans la période allant de l’adolescence à l’âge adulte, la notion de temps qui passe est basée sur la création de souvenirs et d’expériences.
  • Concernant les individus du 3ème et du 4ème âge c’est la notion de durée entre les évènements qui fait défaut. Une partie des souvenirs semblent plus lointains qu’ils ne le sont réellement. Le temps n’est pas accéléré mais semble moins bien perçu.

Pourquoi le temps semble s’accélérer avec les années ?

Il existe deux grandes théories

Plus une personne vieillit, plus les périodes vécues ne représentent qu’une petite fraction de son âge. Quelques jours, quelques mois ou quelques années semblent moins importantes et donnent donc le sentiment que le temps passe très vite.

– À partir d’un certain âge, les éléments nouveaux se font plus rares. Les habitudes de vie s’installent; La répétition d’éléments connus devient plus fréquente. Les années se ressemblent et aucune n’acquière de poids dans la mémoire.

Une étude de datation

Susan Finch et Linda Pring ont fait l’expérience de demander à des jeunes et à des personnes âgées de dater des événements vécus dans le passé (Comme la chute du mur de Berlin par exemple).

Les personnes âgées situaient les événements beaucoup plus loin dans le passé comme si plus d’années les séparaient de ces évènements, comme si le temps était passé plus vite.

 

Modifier sa perception du temps

Comment nous l’avons expliqué, notre perception du temps varie en fonction de l’âge. Mais pouvons-nous modifier cette perception? Selon l’une des théories citée précédemment, la perception du temps qui passe est modifiée par le manque de nouvelles expériences. Il est donc conseillé de vivre le plus possible différentes activités, sans pour autant qu’elles soient rapprochées dans le temps. Essayez de marquer chaque année par une nouvelle expérience riche en émotion!

Les substances toxiques

  • Le café, l’alcool, le tabac, le cannabis ou les somnifères sont des produits qui agissent sur les complexes chimiques cérébraux. Deux types de neurotransmetteurs agissent sur la perception du temps, la dopamine et l’acétylcholine. Les substances qui augmentent le taux de dopamine comme les excitants par exemple provoquent des sensations d’accélération du temps.
  • Notre capacité à mémoriser les durées est permise grâce l’acétylcholine. Si son taux augmente, la perception du temps est accélérée.
  • Le cannabis agit sur la dopamine et l’acétylcholine ce qui fait que le temps semble aller très vite sur l’instant mais le repérage dans le temps perd en précision.

Les différents états

  • Effectuer une activité de concentration ou une activité sportive vous fera modifier votre perception du temps. Par exemple lorsqu’un étudiant doit passer un examen de 4 heures cela peut lui paraitre long…Mais une fois en pleine concentration, le temps passe très vite! Sauf s’il passe son attention sur le temps qui passe… il aurait du passer plus de temps à réviser cela lui aurait paru moins long!
  • Différents états émotionnels, comme l’anxiété ou la dépression, entrainent un sentiment de temps plus long. La méditation qui possède un effet bénéfique sur l’état de stress permet l’inverse. (Vous pouvez accéder ici à notre article sur la méditation)

Selon notre entourage

Il semblerait que nous adaptions notre perception du temps en fonction des individus que nous côtoyons. Sylvie droit-Volet, a effectué une étude sur de jeunes adultes en leurs présentant des photos de visages de personnes de leurs âges et des photos de visages de personnes âgées pendant des laps de temps différents, tout en leur demandant d’estimer le temps de présentation. Le résultat est intéressant. La durée de présentation des photos est SOUS-estimée quand on montre les visages des personnes âgées. Par rapport au temps réel, le temps passe plus vite.

Il semblerait donc que notre perception du temps soit modifiée en fonction des personnes que nous regardons ou avec lesquelles nous passons du temps. Nous adaptons notre perception à notre entourage.

 

Testez ici votre perception temporel

En conclusion

Selon la physique quantique, le temps n’existe pas. Et pourtant le temps passe, seconde après seconde. Notre perception varie en fonction de notre état d’attention, de notre activité, de notre environnement et bien sur de notre âge.

L’une des grandes raisons faisant que le temps passe plus vite au fur et à mesure des années est que prendre de l’âge provoque la diminution de nos capacités physiques; De nos sens, comme la vue, l’ouïe, la sensibilité tactile; Mais aussi notre perception du temps.

Une autre raison est que cette idée fait partie des croyances. Il est commun de dire que le temps passe plus vite avec l’âge…Alors nous finissons par le croire.

Je terminerai sur cette idée : Le temps est précieux et défile rapidement dès lors que nous l’oublions !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire